Jeudi Saint

Suivre la messe du Jeudi Saint à la cathédrale de Nantes à 19h

MEDITATION ET REFLEXIONS POUR LE JEUDI SAINT 2020

 

En cette période de crise sanitaire, un sujet revient souvent dans les médias et nos échanges entre amis : quelles leçons, quelles prises de conscience allons-nous retenir et inscrire dans la durée ?« Il y aura un avant et un après Covid-19 ! » ou bien « Continuerons-nous ensemble comme si de rien n’était ? Serons-nous les mêmes ? » Les chrétiens portent ces interrogations et même ils pensent qu’elles peuvent beaucoup nous aider à être plus fidèles à notre vocation chrétienne dans le monde.

Il faudrait aussi nous souvenir de la réflexion d’Etty Hillesum (morte à Auschwitz à 29 ans). Face au nazisme, elle se posait, elle aussi, cette question qu’on appelle aujourd’hui « la résilience ». Avec beaucoup de sagesse, elle écrivait : « Je ne crois plus que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur, que nous n’ayons d’abord corrigé en nous. »Dimanche dernier, nous avons lu le récit de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il décrit les impasses et les blocages de la société de cette époque et en Palestine : la haine qui monte entrainant les violences, les hypocrisies, les faux-témoignages, les lâchetés, l’appât de l’argent, les trahisons …. Ces tensions traversent même le groupe des disciples, mais la veille de sa mort Jésus pose des gestes et dit des paroles qui déconcertent mais qui ouvrent d’autres perspectives et qui proposent d’autres repères, qui offrent une issue à ce monde déboussolé et qui aujourd’hui peut beaucoup nous inspirer pour traverser l’épreuve que nous connaissons. Dans ce geste du lavement des pieds, Jésus nous propose une manière autre et neuve de vivre ensemble notre humanité. Nous pouvons y chercher les lumières dont nous avons besoin en ce moment.

« Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi »

Une bassine d’eau et un linge mis à la ceinture suffisent ; les gestes aussi sont simples : s’agenouiller, laver les pieds, les essuyer. Et tout cela, nous dit l’évangéliste, Jésus le fait librement et avec amour. Heureusement en un certain sens que l’apôtre Pierre refuse de se laisser laver les pieds par Jésus. Heureusement, car Jésus prend la parole et livre un message insistant aux siens, c’est presque un commandement : « Si donc moi, le Seigneur et le Maitre, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous » Jésus leur avait déjà dit à plusieurs reprises « Si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur et si quelqu’un veut être le premier parmi vous qu’il soit votre esclave » (Matthieu 20, 26-27)L’évangéliste prend bien soin de nous dire au début du récit que « Dieu son Père avait remis (à Jésus) tout pouvoir entre ses mains ». Donc, celui, qui se lève de table et fait librement et humblement pour les siens les gestes du serviteur, a « tout pouvoir » et il s’en sert pour laver les pieds de ses disciples !

« C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » Jésus introduit dans l’humanité une nouveauté, une force différente, une force qui peut transformer les réalités humaines et même la mort !Ce geste du lavement des pieds nous invite à remplacer en nous les envies de grandeur et de puissance sur les autres, le souci de l’ego…. par les gestes simples du service, de la fraternité, de la recherche du bien commun… Ne soyons pas découragés si comme Pierre nous ne comprenons pas tout ou si nous résistons parce que sommes pris à contre-pied, mais prenons le temps de bien comprendre le geste de Jésus

+ Aujourd’hui nous ne pouvons pas, comme chaque année, voir ce geste se dérouler liturgiquement dans notre église, mais nous pouvons faire l’exercice de rentrer en nous-mêmes, de visualiser intérieurement ce que nous dit ce récit et d’accueillir les paroles de Jésus.

+ Aujourd’hui ce geste de Jésus peut nous faire penser à beaucoup de monde autour de nous et dans le monde. Ce « service du frère », nous fait penser à tous ceux et celles qui sont en 1ère ligne pour prendre soin des malades, à tous ceux et celles qui en 2ème ligne permettent que le nécessaire soit assuré au quotidien. Ce service du frère que Jésus demande est possible pour tout le monde, quelle que soit la religion, les responsabilités, l’âge… Etre humain, être fraternel, penser aux autres, aider…… ce sont des gestes qui aujourd’hui touchent le cœur de Dieu.

+ Aujourd’hui et demain dans nos réflexions pour faire autrement et mieux, comment (re)mettre « l’humain », l’esprit de service, « le bien commun », l’attention aux plus fragiles, le partage des richesses, le respect de notre « maison commune » au centre de nos efforts et de nos priorités.

« Jésus ayant aimé les siens …. les aima jusqu’au bout »

Nous pouvons lire la 2 ème lecture de cette célébration (1ère lettre aux Corinthiens, 11, 23-26)Quelques instants après le lavement des pieds, Jésus continue à dire à ses apôtres, avec d’autres gestes, d’une autre façon toute la force de son amour : Il leur partage sa vie, il se fait nourriture, il se rend proche de chacun. Tout au long de sa vie terrestre, Jésus n’a fait que cela : guérir, réconforter être source de lumière, donner de la force…. Mais en se présentant sous le signe eucharistique, il universalise ce don de lui-même pour la vie de notre monde.Il pense à tous ceux et celles qui au cours des années et des générations deviendront ses disciples, donc il pense à nous qui sommes unis par la pensée quoique dispersés, il pense aux enfants qui se préparent à communier pour la 1 ère fois……Il veut nous dire qu’aujourd’hui il est avec nous, pour nous aider à vivre en disciple ce qui s’impose à nous, pour nous aider à porter le souci des membres souffrants de nos communautés humaines et chrétiennes.

Jean Luc Tessier

 

Refrain : Comme lui savoir dresser la table,

Comme lui nouer le tablier.

Se lever chaque jour et servir par amour

Comme lui.

 

1- Offrir le pain de sa parole

Aux gens qui ont faim de bonheur.

Être pour eux des signes du royaume,

Au milieu de notre monde.

 

2 – Offrir le pain de sa présence

Aux gens qui ont faim d’être aimés.

Être pour eux des signes d’espérance,

Au milieu de notre monde.

 

3 – Offrir le pain de sa promesse

Aux gens qui ont faim d’avenir.

Être pour eux des signes de tendresse,

Au milieu de notre monde.

 

4 – Offrir le pain de chaque Cène

Aux gens qui ont faim dans leur cœur.

Être pour eux des signes d’évangile,

Au milieu de notre monde

Cliquer pour écouter : Comme Lui

 


	

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.