Se rendre compte…

Je me lève un matin, je sors de chez moi,

Il y a un trou dans le trottoir.

Je ne le vois pas et je tombe dedans.


Le lendemain, je sors de chez moi,

J'oublie qu'il y a un trou dans le trottoir, et je retombe dedans.


Le troisième jour, je sors de chez moi,

En essayant de me souvenir qu'il y a un trou dans le trottoir.

Cependant, je ne m'en souviens pas et je tombe dedans.


Le quatrième jour, je sors de chez moi.

Je me souviens que je dois penser au trou dans le trottoir.

Je m'en souviens et, malgré cela, je ne vois pas le trou

​et je tombe dedans.


Le cinquième jour, je sors de chez moi.

Je me souviens que je dois penser au trou dans le trottoir

​et je marche en regardant par terre.

Et je le vois, mais bien que le voyant, je tombe dedans.


Le sixième jour, je sors de chez moi.

Je me souviens du trou dans le trottoir.

Je le cherche du regard. Je le vois, j'essaie de le sauter,

​mais je tombe dedans.


Le septième jour, je sors de chez moi.

Je vois le trou, je prends mon élan, je saute,

​de la pointe des pieds je frôle le bord opposé,

​mais ce n'est pas suffisant et je tombe dedans.


Le huitième jour, je sors de chez moi, je vois le trou, je saute,

​j'arrive de l'autre côté ! Je me sens si fier d'y être parvenu

​que je saute de joie… et, ce faisant, je tombe à nouveau dans le trou.


Le neuvième jour, je sors de chez moi, je vois le trou,

Je prends mon élan, je saute, et continue mon chemin.


Le dixième jour, aujourd'hui justement, je me rends compte

​qu'il est plus pratique d'emprunter… le trottoir d'en face.


D'après Rimpoiché, moine tibétain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.