Homélie sur le bon pasteur – dimanche 22 avril 2018…

Chaque année, le 4ème dimanche de Pâques, l’Eglise nous demande de prier pour les vocations : c’est le dimanche des vocations. Elle entend ainsi demander à tous les chrétiens que ne cesse jamais la prière pour que Dieu donne des prêtres à son Eglise.

Nous baignons, catholiques de France, sur ce sujet, dans une ambiance morose. Il y a, paraît-il, et depuis longtemps, selon l’expression consacrée, une crise des vocations. Aussi parfois je me dis, avec un peu de mauvaise foi il faut le reconnaître : mais Dieu serait-il donc sourd ? Ou bien alors, avec encore plus de mauvaise foi : les chrétiens prient donc si mal ? Ou si peu ?

Réfléchissons un peu plus sérieusement. Si nous prions aujourd’hui pour les vocations, c’est à cause de l’Evangile, l’Evangile du bon pasteur. Dans un message magnifique aux croyants, Jésus se présente comme un berger, un bon berger. Les auditeurs connaissent bien cette image très souvent utilisée dans la Bible pour parler du rapport que peuvent avoir les rois, les prêtres, avec leur peuple : le bon berger connaît ses brebis, et ses brebis le connaissent. Le bon berger les mène vers des lieux où ils vont pouvoir paître en toute sécurité. Il les protège, il les rassemble. Cette image du pasteur dit toute la confiance réciproque qui s’établit entre des responsables et un peuple tout entier. C’est une image de paix. Et cette confiance permet d’avancer. C’est donc avec cette image du Christ bon pasteur qui conduit son peuple avec bienveillance que les prêtres peuvent puiser leur manière d’être et de vivre comme responsables de paroisses ou de communautés chrétiennes : connaître chacun, être connu, parler à chacun selon ce qu’il est, se préoccuper de ce qui le préoccupe, ou comme dit encore St Paul : pleurer avec ceux pleurent, se réjouir avec ceux qui sont dans la joie. Dans une de ces petites paroles dont il a le secret le pape François invite les prêtres à s’imprégner de l’odeur des brebis, pour dire même l’intimité qui unit le pasteur à son peuple. Autant d’images qui parlent, ou interrogent, la manière dont nous vivons ensemble ici, prêtres et laïcs chrétiens, qui formons cette partie du peuple de Dieu qui est à Rezé. Nous aurions j’en suis sûr beaucoup de choses à nous dire là-dessus.

L’Eglise a-t-elle besoin de prêtres ? La réponse est oui, c’est oui, sans appel. Elle a besoin de chrétiens qui soient ordonnés à cette image du Christ, bon pasteur, le seul pasteur, pour dire l’amitié que Dieu porte à son peuple, pour dire le nécessaire rassemblent de tous autour du Christ.

Est-ce que nous manquons de prêtres, y-a-t-il une crise des vocations ? Je serais beaucoup plus nuancé dans ma réponse. Bien-sûr si nous avons en représentation les temps d’autrefois on peut dire que le nombre de prêtres en quelques années a considérablement diminué et que le clergé est un corps désormais très âgé : environ 75 ans de moyenne d’âge. Ce n’est pas rien.

Aussi je voudrais vous poser une autre question : est-ce que nous ne manquons pas plutôt de chrétiens ? En effet, ce dimanche des vocations n’est-il pas aussi, et d’abord, l’occasion de formuler une prière ardente à Dieu : Seigneur, fais lever dans le cœur des hommes ton Esprit Saint. Qu’à chacun soit révélée sa vocation à te connaître et à te suivre. Tous en effet, nous avons vocation par notre baptême à connaître le Christ et à lui ressembler chaque jour davantage. La fête de pâques avec les baptêmes d’adultes, les dimanches qui vont venir où nous célébrerons d’autres baptêmes de jeunes, des communions, des confirmations d’adulte, des professions de foi, sont autant d’occasion pour nous de nous rappeler que nous avons tous vocation à découvrir le Christ et à en vivre. Nous avons vocation à vivre dans la sainteté. C’est ce que le pape François vient de nous rappeler en nous envoyant sa lettre sur la sainteté.

Tous, nous avons vocation, tous nous devons appeler des hommes et des femmes à suivre le Christ, le chemin, la vérité, la vie, le Bon Pasteur. Et tous, nous avons le devoir de susciter chez des hommes et des femmes, quelques-uns parmi nous, le désir de servir la communauté chrétienne : les prêtres, des diacres, des laïques en mission ecclésiale, mais aussi des religieux et religieuses qui rappellent au cœur de la communauté le sens de la vie communautaire et la prière. Dans l’histoire, l’Eglise a toujours su inventer les ministères dont elle a eu besoin et cela est attesté dans le début, dès le livre des Actes des Apôtres. Si tous sont appelés, quelques-uns exercent un ministère particulier. Si vous scrutez les Evangiles vous verrez qu’autour de Jésus il y a plusieurs cercles. Il y a les foules nombreuses,  il y a les disciples moins nombreux, il y a les apôtres. Ils sont quelques-uns, choisis et institués pour que l’Eglise toute entière, dans tous les temps, soit une Eglise pasteur pour le monde, qu’elle lui adresse un message d’amitié et de confiance de la part de Dieu.

Dieu n’est pas sourd. Et notre prière est fervente, elle est relancée en ce dimanche pour que Dieu donne à l’Eglise de nouveaux croyants. Mais peut-être Dieu nous appelle-t-il, par cette soi-disant crise des vocations, à ouvrir des chemins nouveaux : pourquoi des hommes mariés ne seraient-ils pas appelés pour être prêtres à l’image des chrétiens d’Orient ? 150 femmes en Loire-Atlantique, environ, exercent un ministère de Laïque en Mission Ecclésiale. Pourquoi certaines ne seraient-elles pas appelées un jour à rejoindre le corps des prêtres, images du bon pasteur ?

Dieu n’est pas sourd, mais il désire, en bon pasteur, que son peuple découvre des itinéraires nouveaux. Il nous conduit, pour que sa Parole soit notre nourriture quotidienne, et qu’elle soit proclamée. Il nous conduit pour rassembler les croyants dans la prière, et les impliquer dans les combats et les défis de notre temps. Et au service de cela, il y aura, parmi le peuple de Dieu, des prêtres, bon pasteur à l’image de Jésus.

Daniel Orieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.