Du lundi 28 mai au dimanche 3 juin…

Lundi ​​​​​​​​​2​8 mai :

12h - 14h : aumônerie Jean Perrin - Goussier à saint André

18h30 - 19h30 : relecture du Trait d'union

​Mardi ​​​​2​9 mai :

​​17h45 : ​​catéchèse primaire à ​saint André

Mercredi ​​30 mai :

​​14h - 15h30 : ​aumônerie des 4èmes et 3èmes à saint André

​Jeudi ​31 mai :

​​​17h30 - 19h30 : ​​réunion CAEP à saint André

​Vendredi ​1er juin :

​​​19h - 21 h : ​vêpres à ​saint André suivi du repas partagé

​​Samedi ​​​​​​​​2​ juin 

9h : laudes - saint André

​11h : catéchèse primaire à Notre Dame des Apôtres

​​​​​​​​              18h30 : messe à Notre Dame des Apôtres

​​Dimanche ​​​​​​​3 juin :

     ​              9h : messe ​​à saint ​Pierre 

           10h30 : profession de foi à Notre Dame du Rosaire  

                11h : messe ​​à saint André 

​​Textes de la messe : ​​​​​​​​​​​​​​​​​​https://www.aelf.org/2018-06-03/romain/messe#messe1_lecture1​​​

Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction, le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude...​»

Marc 14, 22-24

Il faut être bien persuadé que l'incarnation de Dieu ne se termine pas au Christ mais à l'humanité toute entière. L'eucharistie n'est pas d'abord une présence, elle est une union et l'union implique une présence.

Présence réelle : qu'est-ce qu'un feu rouge ? L'enfant ne vous dira pas que c'est une lampe allumée derrière un verre colorée mais une interdiction de passer ; le signe est la réalité du feu rouge. Le signe n'est pas quelque chose d'extérieur à la réalité mais qu'il est la réalité même dans ce qu'elle a de plus profond. Dire que l'eucharistie est un signe ne veut pas dire du tout qu'elle soit en dehors de la réalité mais qu'elle est  la réalité la plus profonde.

On dit parfois que dans l'hostie consacrée, le corps du christ remplace le pain : c'est une hérésie, il faut le savoir. Si l'on procédait dans un laboratoire à l'analyse chimique d'une hostie consacrée, on n'y trouverait pas autre chose que les éléments qui composent le pain.

L'hostie n'existe qu'au terme de toute une transformation de la nature par l'homme et le Christ divinise ce que l'homme a déjà transformé en accomplissant sa tâche humaine. L'eucharistie est le signe efficace de la tâche humaine accomplie.

Quand nous mangeons le corps du christ c'est l'humanité toute entière que nous nous incorporons.

L'hostie consacrée est à la fois le don de l'homme à Dieu (c'est-à-dire le sacrifice) et le don de Dieu à l'homme (c'est-à-dire le sacrement).

Joie de croire, joie de vivre - François Varillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.