Homélie de la fête de l’alliance – 15 avril 2018…

Au mois de février, lors de la messe en famille, nous avions mis à l’honneur des membres souffrants de notre communauté. Et nous avons célébré le sacrement de l’onction des malades. Ce matin, alors que parents et enfants sont à nouveau réunis, nous mettons à l’honneur les couples qui préparent leur mariage, certains sont déjà mariés, et les couples qui fêtent un anniversaire de mariage. C’est donc à nouveau l’occasion pour vous les enfants d’être témoins de la richesse d’une communauté chrétienne. Les paroisses St Paul et la Pentecôte organisent donc la fête de l’alliance. Lors de la préparation au mariage, divers sujets sont abordés et en particulier les quatre piliers sur lesquels le mariage se fonde.

Le premier pilier est celui de la liberté. S’engager l’un envers l’autre librement est une condition du mariage. Ce pilier de la liberté est l’occasion de faire un petit retour sur l’histoire, votre histoire personnelle mais aussi l’histoire de votre couple. Comment savoir si vous êtes libres ? Une question impertinente vous est posée qui peut vous aider à répondre : A la veille de votre mariage, demandez-vous : « qu’est-ce que j’aime le plus en toi » ? La réponse est souvent longue à venir, difficile, parce que nous touchons au mystère de chaque personne, à son histoire, à son intimité. Beaucoup plus simple est la question : « qu’est-ce que j’aime le moins en toi ? » Là en général ça va tout seul pour la réponse et je suis sûr que vous tous ici qui avez l’expérience du mariage avez un peu ressenti cela déjà. Même après des décennies de mariage, dire ce que j’aime le plus chez l’autre demeure bien difficile à dire. C’est le mystère de notre liberté. On entre petit à petit dans ce mystère d’amour, dans ce mystère de l’autre.

 Le deuxième pilier est celui de la fidélité. Etre fidèle. L’Eglise vous demande de rester fidèles l’un envers l’autre. Elle ne le demande pas qu’à vous. Elle le demande à tous les baptisés, quel que soit leur état de vie. Mais à vous elle demande un petit supplément : elle vous demande d’être fidèle pour montrer de quelle manière Dieu est fidèle. Dans la Bible il y a beaucoup de récits qui racontent la fidélité de Dieu. Je pense au mariage du prophète Osée. Un jour, Dieu parle à Osée, qui est célibataire. Il lui dit : Osée, je veux que tu te maries ! Et Osée de répondre : et avec qui Seigneur, je peux savoir s’il te plaît, je suis concerné. Et Dieu lui dit : tu vas te marier avec Gomer. Gomer ? Qui est Gomer ? Osée, comme tous les habitants de sa ville, sait très bien qui est Gomer ; c’est une personne prostituée. Et Dieu dit à Osée : Depuis l’origine du monde je fais alliance avec mon peuple, mais il est infidèle. Il m’oublie. Il fait passer les plaisirs du monde, l’argent, les loisirs, bien avant moi. Il m’a oublié. Ils sont contents de me trouver quand il faut préparer un mariage, un baptême, une sépulture, préparer sa communion, sa confirmation. Mais je suis la cinquième roue de la charrette. Je suis le dernier servi. Mais moi je suis Dieu. Je n’ai pas oublié mon peuple. En épousant Gomer, l’infidèle, tu vas montrer à mon peuple que moi Dieu je suis fidèle. Tu vas aimer Gomer, tu vas la rendre fidèle par ton amour. Tu vas fonder une famille avec elle. Et tout le monde saura que même quand je suis trahi tous les jours, moi je ne trahirai pas. J’ai un peu brodé sur l’histoire du mariage d’Osée bien-sûr. Mais le message du prophète est là : la fidélité est un défi. Mais ce qui nous sauve, c’est que Dieu est fidèle et le sacrement de mariage manifeste l’amour que Dieu porte aux couples et la force qu’il leur donne pour traverser les épreuves de la vie. Dieu donne et même, il pardonne, par-delà fautes et péchés, il donne au-delà, il pardonne.

Le troisième pilier porte un nom impossible : indissolubilité. Ca ne se dissout pas le mariage ! Comme l’encre indélébile il reste toujours. D’ailleurs vous qui vous mariez vous le pressentez. Beaucoup parmi vous choisissent d’entendre et de faire entendre cette parole biblique : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. » Le mariage est indissoluble. Mais je voudrais dire un mot supplémentaire là-dessus. Il y a parmi nous, et dans nos connaissances, des gens qui ont vécu la séparation, qui la vivent aujourd’hui, cela se passe plus ou moins bien, et souvent plutôt pas trop bien. Et c’est une souffrance, il y a les enfants aussi. Il y a parmi nous des personnes célibataires. Il y a parmi nous des personnes dont l’amour se porte sur d’autres personnes de même sexe et le pape François a eu une parole géniale un jour à ce sujet alors qu’on l’interrogeait : qui suis-je moi pour juger ? Il y a parmi nous des veufs et des veuves. Quelle que soit notre état de vie, les conditions de notre existence, il y a de la part de Dieu une parole pour chacun : parole d’encouragement, mais aussi parole exigeante, appelante : notre cœur est toujours capable d’aimer. Aucun cœur pour Dieu n’est trop vieux ou aigri pour aimer. Aimer est toujours possible. Dieu demande la fidélité et il veille sur nous. Son amour est indissoluble. Il appelle chacun, je le répète quelle que soit sa situation, à pénétrer au plus profond de lui-même pour redécouvrir les trésors d’amour qui y sont en germe. Et cela nous conduit au quatrième pilier du mariage : la fécondité. L’amour de l’homme et de la femme, comme dit pompeusement l’Eglise, est ordonné à la fécondité, à la procréation, c’est-à-dire à la naissance des enfants. La moitié de ceux qui se marient aujourd’hui n’ont plus rien à prouver en ce domaine. Mais je n’oublie pas là aussi les grandes souffrances qui apparaissent lorsque la venue de l’enfant se fait difficile ou impossible. Là encore une parole de la part de Dieu est nécessaire, elle nous vient de la tradition biblique : aucune vie n’est stérile, tous et chacun nous sommes appelés à porter du fruit, d’une manière ou d’une autre, dans l’accueil de l’enfant comme dans le don de soi pour la vie.

Le mariage est une très bonne nouvelle. Il rappelle aux  croyants que le Dieu de Jésus est le Dieu de l’alliance. Il s’engage avec vous dans le mariage. Il s’engage avec vous dans l’anniversaire de mariage que vous fêtez. Il s’engage avec vous qui demandez le baptême. Il s’engage avec vous, parents et enfants, pour devenir des témoins d’amour, des hommes et des femmes heureux de vivre. Dieu est fidèle, n’oubliez pas : il fait alliance avec chacun de nous.

Daniel Orieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *